Menu

Au-delà du Röstigraben


La Suisse est régulièrement présentée comme un havre de paix des langues. Pourtant des tensions existent, souvent concentrées au coeur même des cantons bilingues. Manuel Meune a mené l'enquête pour savoir comment se vit et se pense le bilinguisme et découvre la complexité d'un pays que fédère... le romanche!

Manuel Meune sait de quoi il parle: il est bilingue français-allemand et connaît sur le bout des doigts une langue oubliée pourtant bien de chez nous: le franco-provençal que parlait sa mère. Reconnaissant, il a traduit "Les Bijoux de la Castafiore"en bressan. Quand il ne lit pas de BD, Manuel Meune enseigne à l'université de Montréal, ville bilingue, où il est professeur en études germaniques.

Ce Français qui a passé sa jeunesse non loin de Genève a sillonné la Suisse et s'est arrêté deux semestres en Suisse alémanique. Il a mené une vaste enquête auprès de 962 conseillers communaux des cantons bilingues de Berne, Fribourg et Valais et publie résultats et analyses dans un ouvrage paru chez Georg: "Au-delà le Röstigraben".

Penser le bilinguisme français-allemand amène aussi à rencontrer d'autres langues et dialectes dont le romanche, langue à haute valeur symbolique selon l'auteur qui n'hésite pas à parler d'élément fédérateur.